Entretien avec Stephanie Adams : ancienne mannequin, entrepreneure, influenceuse et auteure à succès

Dernière mise à jour : 1 juil.



Découvrez aujourd’hui l'interview de Stephanie Adams.

Stephanie Adams a contribué en tant qu'ambassadrice de diverses marques de luxe et est fréquemment invitée aux Fashion Weeks de Paris. Son expertise réside dans l'édition de livres et de magazines, ayant interviewé des personnalités du monde entier qui opèrent des changements. Elle a fait la couverture de L'Official Monaco et de L'Official Austria et a récemment lancé Steph Adams Beauty, une collection luxe de maquillage et de soins de la peau. Cette interview est l'occasion pour nous d'en savoir un peu plus sur le parcours impressionnant d'une femme aux vies multiples !


Interviewée : Stéphanie Adams

Intervieweur : Olfa

Date de l'entretien : 10 Février 2022

Lieu de l'entretien : Paris


Bonjour Stéphanie,


Olfa : Permettez-moi de clarifier votre personnalité. Vous êtes une mannequin australienne, éditrice, directrice artistique, influenceuse de mode et auteure à succès n°1, qui a publié onze livres. Vous avez également travaillé pour plusieurs médias tels que Vogue British, Australie, Harper's Bazaar UK, Marie Claire Australie, Elle Royaume-Uni. En lisant votre parcours, il semble que vous ayez vécu plusieurs vies. Quels ont été vos meilleurs souvenirs ?


SA : Certains de mes meilleurs souvenirs ont été de voyager en tant que mannequin et de tourner pour diverses campagnes, magazines et publicités. C'était un si bon moment dans ma vie et cela m'a vraiment donné une nouvelle perspective sur le monde. J'encourage toutes les jeunes filles à voyager. Travailler avec Vogue et Net-à-Porter à Londres a été une telle expérience pour en apprendre davantage sur l'industrie de la mode. De plus, le fait que Net-à-Porter soit en ligne, ce fut donc mon premier aperçu du monde numérique et une manière de voir le véritable pouvoir de la façon dont nous sommes tous connectés.


Olfa : Après avoir conquis le monde à travers vos différentes activités, que faites-vous aujourd'hui ?

SA : Aujourd'hui, je suis la PDG de Steph Adams PTE LTD, qui comprend une maison d'édition de luxe et Steph Adams Beauty.


Olfa : Comment définiriez-vous votre métier ?

SA : Je suis PDG, créateur numérique, auteur et entrepreneur.

Olfa : Nous allons parler de votre histoire, de votre famille, de la mode... Mais avant tout, j'ai une question pour vous. Quelle place la musique a-t-elle dans votre vie ?

SA : La musique a une place énorme dans ma vie et c'est quelque chose qui m'inspire au quotidien. Cela permet de puiser également dans différentes émotions et de s’exprimer de manière créative.


Olfa : Qui écoutez-vous, pour vous détendre, vous motiver, vous calmer ?

SA : J'aime certains des vieux classiques de Frank Sinatra ainsi que les rythmes d'été de St Tropez, Hotel Costes et la musique actuelle aussi de la pop et du funk.


Olfa : Quelles sont vos origines ? Où êtes-vous née ?

SA : Je suis né à Perth, en Australie-Occidentale.


Olfa : C'est là que vous avez passé votre enfance ?

SA : Oui, j'ai passé la majeure partie de mon enfance à Perth, c'est un si bel endroit au monde. Ils ont les meilleures plages.


Olfa : Pouvez-vous décrire votre personnalité ?

SA : Je dirais extravertie.


Olfa : Pouvez-vous décrire votre pays en 3 mots ?

SA : L'Australie est belle, paisible et a une grande énergie.


Olfa : Quelles valeurs vos parents vous ont-ils inculquées ?

SA : Être toujours gentil


Olfa : Avez-vous des frères ou des sœurs ?

SA : J'ai deux frères, une demi-soeur et un demi-frère.


Olfa : La plus grande erreur que vous ayez commise ensemble et que vos parents ignorent ?

SA : Ha ha, il y en avait beaucoup. Se faufiler hors de la maison et placer des oreillers dans notre lit.


Olfa : Encore une fois, vous êtes une ancienne mannequin, éditrice, directrice artistique, journaliste, influenceuse et auteure à succès ayant travaillé pour plusieurs médias à travers le monde. Ma question est la suivante : est-ce si simple de concilier vie personnelle et professionnelle ? Êtes-vous actuellement engagée dans une relation amoureuse ?

SA : Je travaillais à mon compte avant de rencontrer mon mari et je me suis mariée assez tard, à l'âge de 35 ans, donc j'avais déjà établi une carrière à ce moment-là.


Olfa : Qu'en pense votre partenaire ?

SA : Il est très favorable à cela. Je ne pense pas que je serais là où je suis s'il n'avait pas été présent.


Olfa : Vous avez parcouru le monde pendant de nombreuses années, travaillé et avez des amis partout dans le monde. Dans quels pays vous sentez-vous le plus chez vous ?

SA : Je suis le plus chez moi quand je suis en Australie, mais je passe beaucoup de temps à Paris également.


Olfa : Avez-vous des enfants ?

SA : Oui, j'ai deux fils.


Olfa : Êtes-vous plutôt une maman moderne ou traditionnelle dans l'éducation de vos enfants ?

SA : Je pense que tout le monde a ses propres règles pour élever des enfants. Je suis ferme lorsque cela est nécessaire, mais surtout détendu.


Olfa : Avez-vous trop de restrictions concernant les tablettes et les réseaux sociaux ?

SA : Oui, ils n'ont pas encore d'iPad ni d'iPhone.


Olfa : Leur donnez-vous une limitation dans leur connexion ? Ou êtes-vous contre ce nouveau monde virtuel et plus pour le monde réel ?

SA : En fait, ils sont plus sur YouTube et regardent les jeunes enfants qui ont leurs propres chaînes. Ils semblent apprendre beaucoup d'eux, donc je reste ouverte lorsqu’il s'agit d'apprendre.


Olfa : À quel point est-ce difficile d'être une mère au 21e siècle ?

SA : C'est difficile mais je pense qu'on s'accommode.


Olfa : Quel est votre plus beau souvenir avec vos enfants ?

SA : Certains des plus beaux souvenirs que nous ayons eu sont sur les plages de Cannes, St Tropez et la plage de Bondi.


Olfa : On a vu sur Instagram une photo touchante que vous avez posté il y a un an avec votre enfant et une autre avec vous étant enfant, vos cousins et votre grand-père. Quels souvenirs gardez-vous de lui ? (Quel homme était-il ?)

SA : Mon grand-père était un Q.C (Queens Counselor) qui a fait passer l'âge de la consommation d'alcool de 21 à 18 ans en Australie. C'était un homme incroyable, très réservé. Il était souvent sollicité par des politiciens pour leur donner des conseils.


Olfa : Lorsque vous étiez jeune, quand avez-vous réalisé que vous pouviez vivre du mannequinat ?

SA : J'ai été repérée environ trois fois lorsque j'étais jeune par des agents à la recherche de mannequins. J'ai adoré cette période parce que vous en apprenez beaucoup sur l'industrie de la mode en tant que mannequin et j'ai rencontré de jolies filles partout dans le monde. Mais en même temps, ce n'est peut-être pas une carrière aussi saine. Je pense qu'il est bon d'avoir des compétences et des intérêts divers et variés.


Olfa : Quand avez-vous senti que votre vie changeait ?

SA : Je me suis toujours sentie plutôt ancrée. Je ne me suis jamais senti différente au cours des diverses carrières que j'ai traversées.


Olfa : À vos yeux Stephanie, qu'est-ce qu'être belle signifie ? Quelle est la plus belle personne que vous ayez jamais vue ?

SA : Ma grand-mère est la plus belle personne par sa force et ses valeurs. Elle a toujours été quelqu'un que j'ai admiré. Issue d'un milieu de la mode, ce sont souvent les gens qui ne sont pas dans cette industrie qui ont une plus belle vision de la vie.


Olfa : Comment avez-vous découvert la mode ?

SA : J'apprends encore ! :)


Olfa : Quels sont les créateurs qui vous ont le plus marqué ?

SA : Certains de mes designers préférés sont : Alex Perry, Rebecca Vallance, Tom Ford, Olivier Rousteing, Pierpaolo Piccioli, Giambattista Valli, Maria Grazia Chiuri et Virgine Viard, car ils brisent toujours le moule et repoussent les limites.


Olfa : Nous sommes dans notre équipe principalement de la génération Y. La nouvelle génération et nous ne connaissions pas la mode dans les années 80 et 90 occupés avec nos billes et attrapant nos pokémons. Pouvez-vous nous parler davantage de cette époque ?

SA : La mode des années 90 avec les Supermodels était une période tellement emblématique. C'était quand la mode était sexy et élégante. Cette époque s'apparente à la décennie de LA mode et des grands créateurs. Beaucoup nous ont quittés, comme Karl Lagarfeld et plus récemment Thierry Mugler.


Olfa : Que pensez-vous de la nouvelle génération de designers ?

SA : Je pense que nous avons beaucoup de talent avec la nouvelle génération.


Olfa : Quel avenir voyez-vous pour la mode ?

SA : Je vois que la mode devient plus durable et que les gens achètent du vintage. Mais la mode restera toujours populaire en raison de son esthétique et de sa culture.


Olfa : Quel genre de robes préférez-vous porter au printemps ?

SA : J'aime l'élégance et la simplicité.


Olfa : Quels créateurs vous fascinent ?

SA : Je dirais Tom Ford pour ses silhouettes sexy.


Olfa : Si vous deviez vous rendre sur une île déserte, quel livre prendriez-vous, quel album écouteriez-vous et quelle robe porteriez-vous ?

SA : Je prendrais probablement un livre sur les affirmations positives, une robe en coton et écouterez quelques rythmes estivaux lents.


Olfa : Vous avez lancé une marque de cosmétiques, Steph Adams Beauty, n'est-ce pas ? Pouvez-vous nous en dire plus ?

SA: Seulement que la marque sera bientôt lancée.


Olfa : Après avoir tant accompli. Avez-vous encore des ambitions, des objectifs, des rêves ?

SA : Il ne faut jamais arrêter de rêver !


Olfa : Pouvez-vous nous décrire votre univers vestimentaire ?

SA : Ça devient fou, ma garde-robe a quadruplé ces 7 dernières années avec les fashion week. Il est presque temps pour un nouvel espace garde-robe !


Olfa : Je vais décrire certaines situations et vous me direz quelle robe irait avec ?

-Premier rendez-vous ?

SA : Si vous l'aimez, quelque chose de sexy, si vous ne l'aimez pas, quelque chose de conservateur.

Olfa : Une soirée entre amis ?

SA : Une petite robe noire.

Olfa : Une balade avec vos enfants dans un parc devant des mamans garces ?

SA : Je vais me détendre dans mes vêtements de sport.


Olfa : Nous sommes actuellement en pleine pandémie. Comment avez-vous vécu le confinement 2020 ? Cela a été difficile pour tout le monde. Ce mois-ci, c'est le mois de la femme : Stéphanie, nous voulions vous parler d'un sujet sensible et récurrent dans notre société : Aujourd'hui, les femmes qui subissent des violences conjugales ont plus de facilité à dire non ! Grâce aux réseaux sociaux qui leur donnent le courage nécessaire pour dénoncer leur bourreau et briser le silence. Vous avez une grande communauté. Quel message pouvez-vous donner à vos abonnés qui sont susceptibles d'être dans ce type de situation de violence.

SA : Que vous devriez parler à quelqu'un qui pourrait vous aider dans ce genre de situation.


Conclusion


Olfa : Avez-vous un message à faire passer à vos abonnés ?

SA : "Personne ne peut vous donner ce que vous voulez, sauf vous-même".

194 vues0 commentaire